Allergie aux boucles d'oreilles

L’allergie aux boucles d’oreilles « fantaisie »

  • L’allergie : définition

Le terme « allergie » vient du grec « allos » pour « autre » et « ergon » pour «réaction ». Il définit une « autre façon de réagir » et correspond à toutes les modifications de l’organisme provoquées par le contact avec une substance capable de se comporter comme un antigène. C’est une perturbation des mécanismes de contrôle de la réaction immunitaire normale, aboutissant à une réaction exagérée de l’organisme. 

  • L'Hypersensibilité de type IV :

Il s’agit des hypersensibilités retardées qui apparaissent plus de 12 heures après le contact avec l'antigène et persistent longtemps (de un à trois jours). Il s'agit des réactions produites par les lymphocytes T et non par des anticorps : dermites ou eczémas de contact provoqués par des contacts répétés avec des substances antigéniques (notamment bijoux contenant du nickel). Ce type de réaction peut toucher n'importe quel sujet, sans qu'il existe un quelconque terrain allergique.

L'eczéma de contact est une réaction allergique due notamment aux métaux.

L'apparition des symptômes survient souvent 24 à 72 heures après le contact : la peau enfle, rougit, démange; formation de vésicules et de croûtes. L'eczéma est d'abord local, puis peut s'étendre à tout le corps ».

  •  Le terrain allergique

L'allergie touche plusieurs dizaines de millions d'individus dans le monde et le phénomène ne cesse d’augmenter. On ne sait pas vraiment pourquoi : habitudes de vie, pollution ou modification des facteurs génétiques ?

D’après une étude a été effectuée auprès de plus 3.000 patients, on a constaté que le nickel est le plus mal toléré, suivi par le mercure inorganique, l’or, le cadmium et le palladium. 

Le Nickel : souvent responsable de l’allergie aux boucles d’oreilles « fantaisie »

« Selon Hildebrand, le pouvoir allergène de ces métaux est reconnu depuis de nombreuses années. L’allergie est induite par les sels de ces métaux et fait partie du tableau des maladies professionnelles. Le plus redoutable des métaux allergisants est le nickel. Les femmes sont plus sensibles au nickel que les hommes. On trouve le nickel dans les bijoux « fantaisie ».

La plus importante étude Melisa (Memory Lymphocyte Immuno Stimulation Assay) a été effectuée auprès de plus 3.000 patients souffrant de plusieurs symptômes ressemblant à la fatigue chronique, combinés souvent à l’intolérance aux métaux. Cette étude a constaté que le nickel est le plus mal toléré, suivi par le mercure inorganique, l’or, le cadmium et le palladium. Le remplacement d’amalgames ou d’autres métaux dentaires a provoqué une amélioration de la santé pour la majorité des patients.

 

(Sources : le mémoire présenté et soutenu par le Dr EPPE, wikipedia).